Accueil

SOMMAIRE

Biographie

Références

 

Page précédente  :   Anatomie Vasculaire du clitoris

 

English Text

 

LA  RECONSTRUCTION  DE  L'  URETRE  AU  MOYEN  DES  RACINES  DU  CLITORIS

Un néo-urètre  confectionné  avec un segment  de paroi vésicale  diffère  considérablement  d'un urètre normal  par la substance propre,  les fibres musculaires striées  et  les  différentes  parties   fibreuses. C'est  pourquoi  j'ai proposé  une intervention  qui  construit  un urètre  avec  les racines  du  clitoris,  c'est à dire  les  corps  caverneux  féminins,  dont  la  structure  élasto-vasculaire  est  assez  proche  de  la substance  propre du canal.

Schéma  

Le but est de reconstruire un nouvel urètre en trois plans.

Le premier plan est en muqueuse urétro-vaginale tubulisée.

Le deuxième plan reconstitue la substance propre de l' urètre en corps caverneux.  L' opération consiste à mobiliser la moitié distale des deux corps caverneux du clitoris,  en incluant dans le greffon pédiculé la graisse vasculaire  qui constitue le classique lambeau de Martius ( corps spongieux féminin )  et les fibres musculaires adjacentes  prélevées sur les trois chefs du muscle ischio-caverneux. Le lambeau droit et le lambeau gauche  sont passés chacun à travers une boutonnière pratiquée dans le muscle constricteur du vagin.  Ils sont solidarisés sur la ligne médiane pour former un lambeau unique  qui sera inséré comme deuxième plan du nouvel urètre.

Le troisième plan est constitué par la resuture du tégument vaginal.

 

Pour les détails techniques précis : consulter  les publications citées dans la page  REFERENCES

 

 

Illustrations

 

Incision en dehors de la grande lèvre, sur la branche ischio-pubienne. Elle commence un peu au dessus du niveau méatique normal et dépasse le niveau de la fouchette vulvaire, jusqu'à la fosse ischio-rectale.

Les corps caverneux sont aisément libérés. Leur volume est variable, habituellement celui d'une cigarette épaisse. Le muscle ischio-caverneux, demi-gaine à la texture plus fibreuse que musculaire est inclus autant que possible dans le prélèvement.

On obtient une bandelette caverno-fibro-musculaire d'une longueur supérieure à celle d'un urètre normal.  On en fait une toilette sommaire en enlevant les lobules graisseux excédentaires mobilisés avec le muscle. Le même processus est répété de l'autre côté.

 

Reconstruction de l' urètre en trois plans

 

  

Premier plan   Une incision en U autour de la sonde circonscrit le nouveau canal et crée  deux plans de plastie. Les lèvres internes de l'incision en U sont suturées l'une à l'autre sur  sur une sonde N° 10 ou 12 Charrière ( 1 )

 

Deuxième plan.  ( 2 )  Les deux bandelettes, passées à travers le mince constricteur du vagin, sont solidarisées sur la ligne médiane en canon de fusil, leur angle de réunion faisant le rebord inférieur du nouveau méat. On obtient ainsi une lame substantielle solide et bien vascularisée , dont le pourtour est amarré à la paroi vaginale pour recouvrir le premier plan

 

Troisième plan.  Les lèvres externes de l'incision en U sont suturées l'une à l'autre . Leur surface d'accolement est faite aussi large que possible. Ce plan est donc fait de l'accolement des bulbes vestibulaires sous-jacents et du tégument vestibulaire.( 3 ).

 

On peut laisser à demeure, pendant12 jours, une sonde 10 ou 12 Ch. par une boutonnière pratiquée dans la peau paraclitoridienne afin d' éviter une désunion mécanique des sutures. La meilleure solution est de dériver l'urine par un drain de cystostomie repéré par un fil de traction à travers la paroi sus-pubienne.

 

 

Page suivante Evolution, Résultats et Commentaires Haut de la Page